Benvenuto Cellini

Benvenuto Cellini

Benvenuto Cellini, née le 3 novembre 1500 et décédé le 13 février 1571, était un orfèvre italien, peintre, sculpteur, musicien et soldat, qui a également écrit une autobiographie célèbre.

Benvenuto Cellini est né à Florence, en Italie. Ses parents étaient Giovanni Cellini, et Maria Lisabetta Granacci. Ils ont été mariés pendant dix-huit ans avant la naissance de leur premier enfant. Benvenuto a été le deuxième enfant de la famille. Fils d'un musicien et constructeur d'instruments de musique, Cellini eu sa première expérience majeure avec la loi alors qu’il était un adolescent précoce: Il a été banni de sa ville natale de Florence pour une implication présumée dans une bagarre. Conséquemment, il a reçu sa première formation artistique, non seulement de l'orfèvre florentin Marcone (Antonio di Sandro), mais aussi de Francesco Castoro, un orfèvre de Sienne. Après plusieurs visites à Bologne et Pise, Benvenuto Cellini fut autorisé à retourner à Florence et, ainsi continuer son travail.

Giovanni avait initialement souhaité que Benvenuto se joingne à lui dans la fabrication d'instruments, et s'est efforcé de freiner son penchant pour le travail du métal. Quand il avait quinze ans, son père a accepté à contrecœur qu’il devienne apprenti chez l’orfèvre Antonio di Sandro, surnommé Marcone. À l'âge de seize ans, Benvenuto s’était déjà attiré des ennuis à Florence en prenant part à une empoignade avec des compagnons de jeunesse. Il a échappé aux sanctions en fuyant pour six mois à Sienne, où il a travaillé pour un orfèvre nommé Fracastoro (sans rapport avec l'esprit universel Véronèse). De Sienne, il déménage à Bologne, où il est devenu un joueur de flûte plus accompli et fait des progrès en tant qu’orfèvre. Après un passage à Pise et deux périodes de sa vie à Florence (où il a été visité par le sculpteur Torrigiano), il s'installe à Rome à l’âge de dix-neuf ans.

Il a été l'un des artistes les plus importants du maniérisme.

Ses premières pièces à Rome étaient un coffret d'argent, des chandeliers en argent, et un vase à l'évêque de Salamanque, qui lui a valu l'approbation du Pape Clément VII. Un autre ouvrage célèbre qu’il a réalisé à Rome est la médaille d'or de « Léda et le Cygne » exécutée pour le gonfalonier Cesarino Gabbriello, et qui est maintenant au musée de Vienne. Il a également repris la flûte, et a été nommé l'un des musiciens de la cour du pape.

De Florence il se rendit à la cour du duc de Mantoue, puis à nouveau à Florence. De retour à Rome, il a été employé dans le travail de bijoux et dans l'exécution des matrices pour les médailles privées et à la monnaie du Pape. En 1529, son frère Cecchino a tué un caporal de la Veille romaine et à son tour, a été blessé par un arquebusier. Il meurt de sa blessure plus tard. Peu de temps après Benvenuto a tué l'assassin de son frère - un acte de vengeance par le sang, mais pas par la justice puisque Cellini admet que le meurtrier de son frère avait agi par légitime défense. Grâce à l'influence de plusieurs cardinaux, Cellini a obtenu le pardon. Il a trouvé la faveur du nouveau pape, Paul III, en dépit d'un homicide recent durant l'interrègne trois jours après la mort du pape Clément VII en septembre 1534.

La quatrième victime était un orfèvre rival qui travaillait pour Cellini; Pompeo de Milan. Cellini a rapporté dans son autobiographie qu'il était devenu amoureux de Pompeo et aimait admirer son physique magnifique alors qu'il travaillait à proximité du four de fusion du fer et de bronze, et qu'il portait l'espoir que ses affections soient réciproques et manifestées par Pompeo. Lorsque Cellini appris que Pompeo était absent du travail ce jour-là et qu’il était l'amant de sa femme, il a admis qu’il a rendu visite à la Villa, où son ex-épouse habitait et rencontra Pompeo à la porte, et le poignarda sur le seuil. Il a immédiatement poignardé son ex-femme après à l'intérieur de la maison pour l’avoir trahis. Les meurtres, les quatrième et cinquième dont se vante Cellini dans ses mémoires, ont été signalé dans son autobiographie comme rien de plus qu'un « accident justifié au cours d'une dispute » plutôt que par malice préméditée.

Il a été sauvé de l'arrestation à cause d'un sauf-conduit par le pape.

Pendant la guerre avec Sienne, Benvenuto Cellini a été nommé pour renforcer les défenses de sa ville natale, et, quoique assez mal traitée par ses patrons ducal, il a continué à gagner l'admiration de ses concitoyens de par les magnifiques oeuvres d'art qu'il produit. Il a également été nommé membre (Accademico) de la prestigieuse Accademia delle Arti del Disegno de Florence, fondée par le duc Médicis Cosme I, le 13 janvier 1563, sous l'influence de l'architecte Giorgio Vasari. Il mourut à Florence en 1571 et fut enterré en grande pompe dans l'église de la Santissima Annunziata. Il avait assister à Florence, une sœur veuve et ses six filles.